Trieste - la porte d'entrée de la Turquie vers l'Europe

Jens Peder Nielsen, directeur général de notre terminal à Trieste. Ici vu devant Ephesus Seaways

Il y a un peu plus d'un an, Jens Peder Nielsen a été nommé directeur général de notre terminal à Trieste, en Italie. Depuis lors, l’optimisation du terminal est une priorité. En mars et juin, nos collègues de Trieste ont accueilli Ephèse et Troie fraîchement débarqués du chantier naval de Jinling en Chine. Il y a également eu plusieurs développements terminés et en cours dans ce terminal en plein essor.

Accès au libre échange et à une excellente infrastructure 
Le port de Trieste est soumis à la réglementation du port franc. Cela signifie que c'est en dehors de la zone douanière et est une zone de libre-échange où les marchandises peuvent être déchargées, stockées et expédiées sans paiement de droits de douane et avec des procédures douanières considérablement réduites. En outre, dans la plupart des pays européens, un nombre limité d'autorisations de transit annuelles sont fournies aux opérateurs de transport et de logistique turcs. Cependant, le statut de port franc donne accès à un flux de libre-échange sans limitation du nombre de permis, faisant de Trieste un terminal très attrayant.

Jens Peder a déclaré: «Le terminal offre également d'excellentes solutions intermodales, car le port de Trieste dispose de l'une des meilleures infrastructures d'Italie en termes de connexions ferroviaires, un segment d'activité à fort potentiel et déjà en croissance. Nous sommes donc très heureux de voir Emil Hausgaard rejoindre l'équipe de Trieste pour travailler sur les connexions intermodales entre la Méditerranée et l'Europe du Nord, ainsi que sur l'optimisation des horaires de transport et intermodaux. "

L'optimisation se présente sous différentes formes
Sam De Wilde, MD à Gand et responsable du Terminal Excellence Project, a récemment visité le terminal. Ils ont discuté des pratiques d'exploitation au terminal et partagé les expériences d'autres terminaux. Les options ont également été évaluées pour un nouveau système de portail automatique, tel que celui de Gand.

Aménagement et installations du terminal
«Lors de la visite, nous avons également examiné l'optimisation de la capacité en ce qui concerne la configuration du terminal. À titre d’exemple concret, nous nous sommes rendus compte que nos places de stationnement au terminal étaient assez larges. Au lieu des 3,5 mètres de largeur standard des autres terminaux, ils mesuraient 4 mètres de large, ce qui permettait de créer une grande capacité sans agrandir la zone des terminaux », explique Jens Peder.

«Plus tôt cette année, nous avons remplacé l'ancien éclairage du terminal par des LED, réduisant ainsi la consommation d'énergie et les coûts de maintenance et prolongeant la durée de vie de manière significative. Le passage à la technologie LED réduira les coûts de consommation d'électricité de 50 000 EUR par an et générera une période de récupération de deux ans.

«À la fin de l'année, nous aurons également installé un nouveau système de vidéosurveillance sur le terminal. Avec l'ancien système, nous étions obligés de faire surveiller par plusieurs gardes le terminal jour et nuit, ce qui est très coûteux. Le nouveau système de vidéosurveillance permettra une surveillance 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, avec des gardes observant depuis la salle de contrôle et prêts à intervenir à tout moment. C'est aussi quelque chose que le gouvernement est très heureux de voir car les immigrants clandestins tentent souvent de franchir la frontière.

«En septembre, nous lancerons les installations d'amarrage appropriées pour accueillir nos méga traversiers, Troy et Ephesus. Cela signifie que les trois rampes seront utilisées pendant les opérations de chargement et de déchargement. Nous allons bien sûr partager cette histoire quand elle sera prête. "

août 30, 2019