L'alarme des travailleurs isolés aide les collègues à retourner au travail

We have a strong safety focus in DFDS. We launched our Safety First programme last year, aiming to increase safety at terminals, warehouses and vessels.

Important initiatives to increase safety have already been launched across DFDS. One of these is a new lone walker alarm system in Peterborough, UK.

The need for the device was made apparent after some colleagues from the Peterborough Group returned to work after serious health concerns.

Operations Manager James Ferguson says: “As part of their phased return to work, we wanted to ensure the complete safety of our colleagues as they were eager to return to the business. Due to the requirements of their particular role, there would naturally be times when members of that team would be working alone for a short period of time.

Since we started to use the device within the Transport BU of the Peterborough Group, we have also found that it increases the safety for our colleagues who work alone in our warehouse operation at Peterborough. As of today, there are 3 devices currently being used throughout DFDS within the UK.”

The company Solo Protect is the supplier of the alarm system which makes it possible to reach out for help in different ways. If a colleague was to have an issue when working alone, they can either pull the lanyard pins from device, press one of the buttons for help or if the device senses you have been immobile for a period of time, it will trigger the alarm. This will then automatically call the support centre where an operator can speak to the colleague through the device and arrange the support of the emergency services if necessary.

Regional Transport Manager Darren Smith says: “I’ve found it very useful to be able to help a colleague get back to work and feel confident that if any issues arise whilst working alone, they wouldn’t feel stranded and we would be able to get assistance to them as quickly as possible. It has allowed colleagues to return to work, whereas without the device, we wouldn’t have been able to do so because of the nature of the operation.”

James Ferguson adds: “This is a great example of how different parts of our business have come together to ensure we are working with the maximum safety of our colleagues in mind. The device has been received very positively by all colleagues who use it and I’d recommend it to any part of the business where colleagues are working alone. If you require any more information, please don’t hesitate to reach out to either Darren Smith or myself”.

Ian Putterill, Warehouse Operative Peterborough, using the lone worker alarm

La sécurité d'abord - également pour les passagers

Since the Safety First program was initiated almost a year ago, the team has created posters, safety guides, videos etc. to share knowledge and experiences about safety on board vessels and in terminals for our colleagues working with heavy cargo.

Marine Superintendent Søren Bildt says: ”We have had a lot of valuable feedback and proactive suggestions from the crews onboard our vessels about how to enhance safety. Some of our cargo vessels have raised the need for not only improving safety for DFDS employees and partners but also for passengers operating their own vehicles during cargo operations. This is a very good suggestion and based on our continuous flow of near-miss reporting and inputs from vessel crews, we have created a poster that is meant to serve as a simple reminder of safe behavior for passengers. The poster is available in six languages which should cover the demography of our customers.”

The posters are available on the Safety First assets page

Bon début pour SIRS à Brevik

Thorbjørn Aasig Lund et Stian Larsson
Dans le cadre des initiatives du programme Safety First, un nouvel outil de reporting SIRS (Safety Incident Reporting System) a été mis en place dans différents terminaux et entrepôts.

Au terminal Brevik, l'outil a décollé avec un bon départ. Peu de temps après l'introduction de l'outil, nous avons vu les premiers rapports pour Brevik, et le terminal a été rapide à mettre en œuvre et à commencer à utiliser le nouveau système de rapports.

«L'ancien rapport d'écart était dépassé et rédigé sur un petit papier. Il y avait quelques lignes régulières de santé et de sécurité et un petit espace vide où nous pourrions écrire en quelques mots ce qui s'était passé. Ayant la volonté d'être plus innovant et plus axé sur la sécurité et l'environnement, SIRS est venu juste à temps pour nous », déclare Stian Larsson, représentant de la sécurité. «Je suis très content de cette amélioration et surtout de sa facilité d'utilisation».

De petits autocollants avec des codes QR ont été placés dans les machines et les bâtiments, ce qui permet aux employés et aux tiers de le signaler très facilement en cas d'incident. Le suivi et les éventuelles actions correctives nécessaires pour rectifier les rapports de sécurité sont assurés par le délégué à la sécurité et les responsables tous ensemble.

Le médecin du terminal de Brevik Thorbjørn Aasig Lund déclare: «Lorsque nous aurons un peu plus de données, la prochaine étape pour nous à Brevik sera d'évaluer les performances de sécurité et de partager les résultats et les meilleures pratiques avec nos collègues du terminal de Brevik et du reste du pays. le réseau DFDS ».

Blog: Apprendre des accidents

Par Michael Stig, personne désignée chez DFDS

Vous avez tous sans aucun doute entendu parler de la catastrophe du Titanic en 1912, c'est probablement l'accident maritime le plus connu de l'histoire. Mais l'histoire maritime a malheureusement de nombreux autres accidents très tragiques.

La catastrophe du Titanic a conduit à la Convention SOLAS qui est un ensemble de règles de sécurité pour les navires. SOLAS est l'abréviation de «Safety of Life at Sea». Il s'agit d'un ensemble de règles de sécurité pour les navires, il existe encore aujourd'hui mais il a été modifié à plusieurs reprises, à la fois en réponse aux accidents maritimes et aux évolutions dans le domaine maritime.

Vous pouvez voir une brève explication ici

La convention SOLAS est à bien des égards un instrument rétroactif, elle change souvent après la survenue d'un accident, et pas avant.

Le Code ISM a été introduit par l'Organisation maritime internationale (OMI) en tant qu'instrument plus proactif pour aborder la sécurité et prévenir les accidents et les incidents avant qu'ils ne se produisent comme l'un des objectifs du Code.

Et de manière simplifiée, on pourrait dire que cette situation de quasi-accident a été introduite dans le transport maritime. D'où l'idée d'empêcher qu'un accident ne se produise en y remédiant quand il s'agit «juste» d'une situation de quasi-accident et avant de se transformer en accident a été introduite dans l'industrie du transport maritime.

Le code ISM est bien plus que cela, c'est certain. Mais pour ce court article, nous venons d'évoquer les aspects relatifs aux rapports quasi-manqués et aux leçons apprises du code ISM. L'objectif du Code est «d'assurer la sécurité en mer, la prévention des blessures ou des pertes de vies humaines, et d'éviter les dommages à l'environnement, en particulier au milieu marin et aux biens», comme le dit le Code.

Le code ISM est l'abréviation de «Code international de gestion pour la sécurité de l'exploitation des navires et pour la prévention de la pollution».
Mais le contexte de l'introduction du code ISM était malheureusement aussi plutôt tragique. Plusieurs catastrophes maritimes majeures y conduisent. Par exemple, le héraut de la libre entreprise, l'Estonie et les catastrophes scandinaves Star.

En savoir plus sur le code ISM ici sur le Site Web de l'OMI

En ce qui concerne la catastrophe de Scandinavian Star, DR & NRK ont récemment réalisé un documentaire sur cette catastrophe.
Et plus récemment, un documentaire a également été réalisé sur la catastrophe de l'Estonie sur une grande chaîne de réseau.

Si vous souhaitez lire les rapports officiels d'enquête sur les accidents des trois catastrophes maritimes, vous pouvez les trouver ici:

Estonie

Étoile scandinave

Héraut de la libre entreprise

Si vous souhaitez en savoir plus et apprendre des accidents dans les domaines maritimes, vous trouverez ci-dessous quelques liens vers des ressources utiles.

Par exemple, tous les États du pavillon ont l'obligation d'enquêter sur les grands accidents maritimes pour tirer les leçons de ces accidents et éviter que de futurs accidents ne se reproduisent.

Ci-dessous, nous avons lié à certaines des branches d'enquête maritime pour les drapeaux que nous avons dans la flotte DFDS. Mais il y en a bien sûr bien d'autres.

Royaume-Uni
Danemark
Norvège
France
Lituanie
dinde

En savoir plus leçons apprises de l'OMI ici.

Si vous souhaitez lire les rapports quasi-manqués d'autres entreprises, le Nautical Institute gère le Système d'alerte et de compte rendu des navigateurs (MARS) où toutes les personnes intéressées peuvent lire les rapports d'accidents et de quasi-accidents d'autres entreprises du secteur maritime.

La sécurité d'abord - Soutenez le programme

Depuis le printemps, nous vous informons du très important programme Safety First qui vise à faire de DFDS un lieu de travail plus sûr à bord des navires et dans les terminaux.

La manutention de marchandises lourdes conduit malheureusement parfois à des incidents tragiques mais avec la formation, le partage des connaissances, une «culture juste» et de nouvelles initiatives, nous pouvons accroître la sécurité chez DFDS.

Si vous souhaitez prendre en charge le programme, vous pouvez maintenant télécharger le logo Safety First et l'ajouter à votre signature de courrier électronique comme suit: Inside outlook choose fichieroptionscourrier (coin supérieur gauche), signatures et modifiez la signature que vous souhaitez en ajoutant l'image du logo au bas de votre signature.

Veuillez télécharger l'image en faisant un clic droit dessus et choisissez Enregistrer l'image sous

 

Vlaardingen va encore plus loin dans la sécurité

Dans cette vidéo, vous pouvez voir comment le personnel de Vlaardingen amarre Selandia Seaways. L'amarrage et le désamarrage des navires est l'une des choses sur lesquelles le personnel de Vlaardingen se concentrera particulièrement.

Comme vous le savez probablement tous, le programme Safety First a été récemment lancé localement.

À Vlaardingen, le coup d'envoi de Safety First a été effectué avec le groupe de sécurité du travail du terminal, composé de représentants du conseil de sécurité du travail et de la direction. Le coup d'envoi a lancé de nouvelles discussions fructueuses et des initiatives de sécurité.

Le responsable HSSE Henk van den Broek déclare: «Après avoir examiné et assimilé le matériel Safety First, nous avons discuté de la manière dont nous pourrions l'utiliser pour développer davantage notre culture de sécurité à Vlaardingen, et nous nous sommes mis d'accord sur trois points auxquels nous souhaitons accorder une attention particulière dans le futur proche."

Ils incluent:

1. Amarrage et désamarrage des navires
2. Fines particules de poussière sur les navires lors du chargement et du déchargement
3. Le climat au bureau

«Nous avons déjà vu les premiers avantages de l'initiative Safety First, ce qui est très positif», déclare Henk. «Un exemple est que nous avons vu des membres d'équipage des navires et des dockers du terminal pointer de manière constructive des questions de sécurité dans des zones contrôlées les uns par les autres. Cela a été plus facile parce que nous avons maintenant tous le même accent sur la sécurité, et les navires et le rivage parlent maintenant le même langage de la sécurité.

«D'autres initiatives de l'équipe Safety First ont déjà été lancées et nous nous félicitons vraiment de ces initiatives. Dans la période à venir, nous travaillerons avec eux et verrons comment nous pouvons au mieux les inclure dans les procédures et les systèmes déjà utilisés. »

Jesper Hartvig Nielsen et Michael Stig sont très heureux de voir les initiatives locales croître et se développer parallèlement au programme Safety First. Jesper déclare: «Un grand merci à Henk pour ce partage avec nous et tous nos collègues travaillant dans les terminaux et sur les navires. Le partage des connaissances et des bonnes idées sur la sécurité est essentiel pour faire de DFDS un lieu de travail plus sûr. »

 

Comment signaler les incidents de sécurité de manière anonyme

Le travail à bord des navires et la manutention de cargaisons lourdes entraînent parfois des situations dangereuses. La sécurité pour tous les employés est la priorité numéro un de DFDS, et nous devons faire mieux et faire de DFDS un lieu de travail plus sûr pour tous.

Michael Stig, personne désignée, déclare: «Le moyen le plus efficace d'améliorer la sécurité consiste à tirer des leçons des incidents et des quasi-accidents qui se sont déjà produits, et c'est pourquoi il est si important que tous les incidents soient signalés.

Nous avons un 'juste culture' chez DFDS, et quiconque doit se sentir confiant pour signaler un incident sans craindre de conséquences négatives. Vous devez normalement utiliser votre outil de rapport de sécurité local pour signaler les incidents. Mais si vous ne souhaitez pas le faire, ou si votre hiérarchie la plus proche n'accuse pas réception de votre déclaration, vous pouvez utiliser plusieurs méthodes à la place. Le plus important est que tous les incidents soient signalés d’une manière ou d’une autre. »

Jesper Hartvig Nielsen, Corporate Port Captain, ajoute: «Localement à terre, il y aura également des suivis à ce sujet car il existe différentes méthodes de signalement des incidents, selon le lieu et les lois applicables.»

De plus nouveau système de rapports sur la santé et la sécurité pour les collègues basés à terre a été lancé la semaine dernière.

Comment signaler des incidents de manière anonyme:

– Rapport à la personne désignée (DP ou DPA):
Vous pouvez rapporter directement au DP ou aux substituts DP. Vous pouvez le faire via n'importe quel canal que vous souhaitez, par exemple par téléphone ou en nous envoyant un e-mail avec votre rapport ou vos préoccupations. Si vous souhaitez rester anonyme, ne donnez simplement pas votre nom et n'utilisez pas de compte de messagerie contenant votre nom ou vos informations personnelles. Vous pouvez trouver les coordonnées du DP dans le manuel SMS (chapitre 4 et chapitre 8), le manuel d'intervention d'urgence ou recherchez-nous sur le pont sous «Personnes».

– Signaler à l'État du pavillon du navire ou à l'autorité de santé et de sécurité à terre:
Si vous ne souhaitez pas vous présenter au DFDS, mais plutôt aux autorités à terre, cela est bien entendu également possible. Les différents États du pavillon et les autorités de santé et de sécurité ont tous des liens hiérarchiques différents. Vous pouvez trouver leurs coordonnées en ligne.
Voici une liste des autorités de l'État du pavillon que nous avons pour nos navires à DFDS:

Danemark
www.soefartsstyrelsen.dk

Royaume-Uni
www.gov.uk/government/organisations/maritime-and-coastguard-agency

Lituanie
https://ltsa.lrv.lt/lt/

France
www.dirm.memn.developpement-durable.gouv.fr

dinde
https://denizcilik.uab.gov.tr/

– Plaintes relatives à la Convention du travail maritime (MLC):
Pour nos navires, il existe également une ligne de signalement des plaintes dans le cadre de la MLC. Vous pouvez vous plaindre grâce à ce système de sujets relevant de la MLC. Vous pouvez vous présenter à la fois à l'entreprise et à l'autorité MLC de votre pays de résidence.
Les coordonnées des différentes autorités du MLC sont affichées à bord de nos navires et dans le SMS au chapitre 6.
Vous pouvez également rechercher le site Web de l'OIT pour les informations de contact.

Le système d'alerte DFDS:
Les employés et les parties prenantes externes peuvent déposer anonymement un rapport dans notre système de dénonciation en cas d'infraction grave réelle ou présumée pouvant affecter DFDS dans son ensemble ou pouvant être cruciale pour la vie ou la santé des individus.

Il n'est possible de faire rapport que sur des questions relatives au DFDS. Les domaines suivants sont couverts par le système de dénonciation:
- Fraude financière, telle que le vol et le détournement d'actifs et de fonds DFDS, la fraude des fournisseurs, l'acceptation de pots-de-vin, la manipulation comptable, les violations des contrôles comptables internes et les questions d'audit.
- De graves violations du code de conduite professionnelle DFDS. Ceux-ci incluent les violations des réglementations en matière de santé, de sécurité et d'environnement, les conflits d'intérêts, les actes de corruption, y compris les pots-de-vin ou les paiements de facilitation, les dons ou cadeaux ou divertissements contraires à l'éthique à des partenaires commerciaux ou des fonctionnaires par des employés de DFDS ou des tiers agissant au nom de DFDS. Les violations des règles sur le délit d'initié ou du droit de la concurrence sont également incluses, tout comme les violations de la sécurité informatique et (sauf en France et en Belgique en raison des lois locales) le harcèlement sexuel, le harcèlement au travail et la discrimination.
Le système consiste en un site Web géré par un tiers indépendant pour garantir les plus hauts niveaux de sécurité et de confidentialité. Les rapports déposés via le système de dénonciation sont traités par des employés désignés au sein de DFDS sous la direction de l'avocat général de DFDS. Lorsque le rapport concerne le General Counsel, le rapport ne sera envoyé qu'au CEO.

Les rapports concernant la direction générale ainsi que les membres du conseil d'administration seront envoyés au président du conseil tandis que les rapports concernant le président du conseil seront envoyés à un cabinet d'avocats externe désigné.

Un lien vers le système peut être trouvé ici et tout en bas de dfds.com:

Soyez en sécurité sur terre

Des données cohérentes et cohérentes contribueront à améliorer la sécurité au DFDS. Un nouveau processus de rapport sur la santé et la sécurité pour les sites terrestres a été lancé aujourd'hui.

Notre activité est à haut risque et nous mettons de grands efforts à penser la sécurité avant tout. Tous les sites contrôlent la santé et la sécurité, mais notre reporting actuel à ce sujet pour le Groupe n'inclut pas les sites terrestres. Cela augmente le risque de reporting externe incomplet et signifie que le suivi des problèmes et le partage des moyens d'améliorer la sécurité au sein du Groupe sont moins efficaces qu'ils ne devraient l'être.

Ceci est sur le point de changer. Ce matin, nous avons lancé le nouveau système de rapports sur la santé et la sécurité pour les collègues travaillant à terre. À partir de maintenant, ils entreront les données dont ils disposent déjà dans un système où les données de tous les autres emplacements sont également collectées.

«Nous avons déjà une forte culture de santé et de sécurité dans bon nombre de nos sites à haut risque comme les navires, les terminaux et les entrepôts. Cela ne changera rien de tout cela. Nous avions juste besoin d'un moyen de collecter, rapporter et consolider tout Des données sur la santé et la sécurité, pour être en mesure d'identifier les problèmes qui doivent être abordés dans l'ensemble du Groupe et, par conséquent, de fournir les bons soins aux collègues sur tous les sites », déclare Sofie Hebeltoft, Directrice RSE.

Il y a eu un alignement et une collaboration continus avec le projet Safety First, qui se concentre sur les rapports d'incidents via les téléphones intelligents et les codes QR.

 

Ce que nous savons que nous pouvons gérer

Il ne s'agit pas d'ajouter beaucoup de travail supplémentaire, mais simplement de collecter et de signaler quelques points de données locaux sur une base mensuelle. L'objectif est que toutes les données 2020 à ce jour soient rassemblées, agrégées et analysées dans le système d'ici la fin septembre. «Cela signifie que nous avons un aperçu complet de tous nos sites et que nous pouvons commencer à chercher ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et où nous pouvons nous améliorer. Ce n'était pas possible avant », dit Sofie. «Il est important que tout le monde chez DFDS, où qu'il se trouve, soit en sécurité au travail, et cela nous aidera à atteindre et à améliorer cela.

'Juste culture' chez DFDS

Il y a quelques mois, nous avons invité le personnel travaillant sur les navires et dans les terminaux et entrepôts à participer à une enquête de sécurité. Le taux de réponse a été écrasant et nous ne pouvons pas remercier les collègues qui ont pris le temps de répondre suffisamment au sondage. L'entrée est inestimable.

Nous n'avons pas encore fini de traiter et d'analyser toutes les données, mais une chose extrêmement importante a sauté. Apparemment, tous les collègues ne connaissent pas parfaitement le terme «culture sans blâme» ou «culture juste» et ce que cette culture implique. Certaines industries utilisent le terme «pas de blâme» tandis que d'autres utilisent le terme plus récent de «culture juste», mais c'est fondamentalement la même chose.

L'Organisation maritime internationale (OMI) a défini une `` culture juste '' dans sa circulaire (MSC-MEPC.7 / Circ.7 - Guide sur les déclarations quasi-manquées):

Une «culture juste» se caractérise par une atmosphère de comportement responsable et de confiance dans laquelle les gens sont encouragés à fournir des informations essentielles liées à la sécurité sans crainte de représailles. Cependant, une distinction est établie entre un comportement acceptable et un comportement inacceptable. Un comportement inacceptable ne recevra pas nécessairement la garantie qu'une personne ne subira pas de conséquences.

Si vous souhaitez lire la circulaire de l'OMI, vous pouvez le trouver ici

'Juste culture' chez DFDS
DFDS a bien entendu également mis en place une «culture juste». Il est décrit dans notre système de gestion de la sécurité (SMS) pour nos navires dans la politique de santé, sécurité et environnement (HSE). Il est signé par le PDG Torben Carlsen. Si vous visitez DFDS House à Copenhague, vous pouvez en fait voir la politique HSE affichée dans le hall juste après la réception.

La politique Hygiène, Sécurité et Environnement (HSE)

Il est essentiel que tout le monde chez DFDS sache qu'aucune personne ne doit craindre des représailles ou des mesures punitives pour avoir signalé un quasi-accident à l'entreprise.

Nous devons tous adopter une véritable `` culture juste '' afin que les gens se sentent en sécurité et encouragés à signaler les incidents liés à la sécurité, les rapports quasi-accidents, etc., afin que nous puissions améliorer le niveau de sécurité au DFDS et partager toutes les leçons importantes apprises. Pour ceux d'entre vous qui ont accès à nos SMS, vous pouvez en savoir plus à ce sujet dans les documents SMS 2.1.0 et 9.1.1.

Si, pour une raison quelconque, vous souhaitez signaler un incident de manière anonyme, il existe plusieurs façons de le faire. Nous vous en informerons sous peu.

Inspiration extérieure
Certains d'entre vous connaissent peut-être le gourou de la sécurité Sidney Dekker, qui a fait de très bons discours sur la «culture juste».
Cliquez sur les liens pour l'entendre.

Sidney Dekker sur Just Culture

Sidney Dekker Just Culture | Le film

 

BU Med lance Safety First

Comme représenté sur la la vidéo la semaine dernière, BU Med a lancé fin juillet le programme «Safety First» qui sera mis en œuvre dans tous les départements et sites.

L'objectif principal du programme de sécurité est d'assurer la sécurité des employés, de sensibiliser et d'améliorer le système de santé et de sécurité au travail existant en engageant tous nos collègues et les employés fournisseurs / sous-traitants avec lesquels nous travaillons.

Les étapes de ce programme sont les suivantes:

  • Les réunions «Safety First» ont commencé pour tous les collègues
  • Le guide de sécurité DFDS a été diffusé
  • Affiches «La sécurité d'abord» dans les terminaux, à bord des navires et dans les zones connexes
  • L'équipe Santé et sécurité continue de fournir des informations sur la mise en œuvre du programme Safety First et sur la manière de signaler les accidents / incidents / quasi-accidents
  • Mise en place d'un «Système de signalement des incidents de sécurité», avec des affiches «SIRS», permettant à tous les employés de signaler facilement les incidents.

Özge Süalp Altun, responsable de l'environnement santé et sécurité chez BU Med, déclare: «Bien que nous ayons déjà un système de santé et de sécurité, nous savons que la santé et la sécurité doivent être continuellement améliorées. La sécurité n'est pas seulement le travail des spécialistes de la santé et de la sécurité: elle implique tous les employés, et je pense que nous allons maximiser la sensibilisation à la sécurité chez DFDS avec ce projet Safety First à l'échelle de l'entreprise. Ce programme nous aidera à rendre ce travail plus efficace en établissant la norme dans tous les sites et unités d'affaires de DFDS. Je crois que la sensibilisation augmentera à mesure que les informations seront partagées. »

La sécurité d'abord: les programmes locaux prennent leur envol

Trop d'accidents graves ont placé la sécurité au sommet de l'agenda de DFDS, et malgré la situation des coronavirus, le programme Safety First a été lancé en avril.

Des affiches de campagne, des réunions en ligne, un livret sur la sécurité et une enquête sur la sécurité figuraient parmi les nombreuses initiatives, et maintenant des programmes locaux sont lancés.

Les images des coups d'envoi locaux sur les navires, les terminaux et les entrepôts ont été envoyées dans la boîte de réception Safety First, et nous avons rassemblé toutes les superbes images dans une courte vidéo.

«Vous remarquerez probablement à quel point l’équipage de King Seaways a été touché par une présentation que le capitaine Ingimar Tór Thomsen a faite au sujet de l’incident du navire Seatruck Progress. Deux des membres de l'équipage de King Seaways connaissaient l'officier impliqué dans le tragique accident », explique Michael Stig.

Prochaines étapes

Jesper Hartvig Nielsen déclare: «Nous avons maintenant terminé l'outil de rapport de sécurité qui permet de suivre les accidents à terre. L'outil de rapport de sécurité pour le côté navire était déjà en place. »

«D'autres initiatives seront lancées de notre côté. Les résultats des enquêtes de sécurité sont toujours en cours de traitement, et nous espérons que tout sera terminé et prêt sous peu, afin que nous puissions aller de l'avant avec les conclusions des enquêtes. Encore une fois, un grand merci à tous ceux qui ont pris le temps de participer au sondage. »

«Nous tenons également à remercier toutes les directions et le personnel locaux pour leur engagement élevé dans le programme. Sans leur grande aide et leur implication, nous ne pouvons pas réussir. Et comme toujours, n'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions, des suggestions ou des idées », ajoute Michael.

Vous pouvez contacter l'équipe du programme Safety First au safety@dfds.com

Enquête de sécurité pour les employés travaillant dans les entrepôts

Il y a quelques semaines, nous avons lancé une enquête de sécurité pour les employés travaillant sur les terminaux et les navires, maintenant une enquête similaire pour les employés travaillant dans les entrepôts a été lancée.

L'enquête est totalement anonyme, il n'y a donc aucun risque pour vous. Nous ne pouvons pas voir le nom ou l'e-mail des répondants et les résultats ne seront pas utilisés pour blâmer qui que ce soit. Il ne sera utilisé que pour améliorer la sécurité.

Vous recevrez un email
Il s'agit d'un questionnaire en ligne, et si vous travaillez dans l'un des entrepôts, vous recevrez très prochainement un e-mail avec un lien vers l'enquête de la part de l'équipage ou des RH. Veuillez remplir le sondage et aidez-nous à rendre le travail quotidien plus sûr pour vous et votre famille.
Vous pouvez également trouver un lien vers l'enquête en bas de la Site Safety First.

Nous profiterons également de l'occasion pour remercier les nombreux collègues qui ont répondu à l'enquête sur la sécurité des navires et des terminaux. Le taux de réponse est impressionnant et vos réponses sont d'une grande valeur pour notre projet commun d'amélioration de la sécurité. Si vous n'avez pas encore répondu à l'enquête, veuillez le faire maintenant car nous clôturerons cette enquête le mardi 9 juin.

Nous espérons voir le même taux d'engagement et de réponse élevé pour l'enquête d'entrepôt.

Jesper Hartvig Nielsen et Michael Stig

Sondage pour lancer le programme de sécurité

Toute personne travaillant avec des opérations de fret sur les navires et dans les terminaux recevra un questionnaire sur les normes de sécurité sur son lieu de travail. Les réponses serviront de base au programme qui vise à rendre les opérations de fret plus sûres. L'enquête est anonyme et vous sera envoyée par e-mail à partir des ressources humaines locales ou de l'équipage à partir d'aujourd'hui.

Comme nous l'avons écrit récemment, nous avons connu des décès tragiques dans les opérations de fret au DFDS au cours des derniers mois. «C'est totalement inacceptable, et par conséquent, nous lançons actuellement un programme pour améliorer la sécurité lors des opérations de fret dans les terminaux et à bord de nos navires», explique Torben Carlsen.

Le programme de sécurité est géré par Michael Stig, personne désignée, pour la sécurité à bord, et par Jesper Hartvig Nielsen, Fleet Management, pour la sécurité à terre. Ils lancent maintenant le programme avec une enquête de sécurité.

Votre avis et vos idées
Michael et Jesper disent: «Pour commencer à travailler, nous avons vraiment besoin de l'opinion et des idées de vous qui travaillez avec les opérations de fret chez DFDS. Par conséquent, nous avons développé une enquête, que nous demandons à toutes les personnes travaillant dans les terminaux ou à bord de nos navires de bien vouloir remplir. Cela nous aidera à mieux comprendre comment nous travaillons actuellement avec la sécurité chez DFDS, et comment nous pouvons améliorer la sécurité pour vous et vos collègues. »

«Il n'y a aucun risque pour vous. L'enquête est totalement anonyme. Nous ne pouvons pas voir le nom ou l'e-mail des répondants, et les résultats ne seront utilisés pour blâmer personne. Il sera utilisé uniquement pour améliorer la sécurité

Vous le recevez par e-mail
Il s'agit d'un questionnaire en ligne, et vous recevrez un lien vers celui-ci dans un e-mail de l'équipage ou des RH aujourd'hui ou peu de temps après. Veuillez le compléter et nous aider à rendre le travail quotidien plus sûr pour vous et votre famille.

Vous pouvez également trouver l'enquête au bas de la Site Safety First.

Projet pour améliorer la sécurité des opérations de fret

Le nouveau projet de DFDS visant à améliorer la sécurité des opérations de fret sera géré par Michael Stig, personne désignée, pour la sécurité à bord, et par Jesper Hartvig Nielsen, Fleet Management, pour la sécurité à terre.

DFDS lance un projet visant à améliorer la sécurité dans nos terminaux et à bord de nos navires pendant les opérations de fret.

Au cours des derniers mois, nous avons subi un certain nombre de décès tragiques dans nos terminaux et à bord de nos navires pendant les opérations de fret. «Ceci est totalement inacceptable et provoque une tragédie pour les individus, les familles et les collègues. Par conséquent, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour tirer des enseignements de ces accidents et utiliser notre savoir pour éviter que de tels accidents ne se reproduisent. En tant qu'employeur attentionné, nous ne devons ménager aucun effort pour créer et assurer un environnement de travail sûr pour tous nos collègues, à terre et en mer. Tout le monde dans notre réseau devrait rentrer chez lui en toute sécurité », explique Torben Carlsen, PDG.

Le projet sera géré par Michael Stig, personne désignée, pour la sécurité à bord, et par Jesper Hartvig Nielsen, Fleet Management, pour la sécurité à terre.

«Inspirés par Immingham, nous avons décidé d'appeler le projet« La sécurité commence avec moi », car il s'agit d'une tâche conjointe. Peu importe la façon dont nous sécurisons nos processus et procédures de travail, nous comptons toujours sur chacun de vous pour faire de votre mieux pour rester en sécurité et pour aider vos collègues à rester en sécurité également », explique Michael Stig.

«Nous allons commencer notre travail au cours des prochains mois pour créer un environnement de travail plus sûr où les accidents mortels tels que ceux que nous avons vus récemment ne se produisent pas.»