Politique, Brexit: DFDS défend nos intérêts

Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, était à Copenhague pour rencontrer des représentants des entreprises danoises. Marché du travail et politique, dont Peder Gellert qui a eu une discussion fructueuse avec lui sur la situation à Calais après le Brexit

DFDS poursuit son travail pour protéger nos intérêts du Brexit auprès des décideurs du Royaume-Uni et de l'UE afin de s'assurer que nous obtenons l'attention et le soutien des autorités politiques et des associations commerciales qui peuvent potentiellement influencer les futures conditions commerciales.

Lors d'une réunion à la Chambre de commerce britannique à Copenhague, Peder Gellert, chef de la division Ferry, a présenté nos attentes et nos souhaits pour une libre circulation continue des marchandises à travers les frontières et a informé de notre propre travail pour préparer un nouvel ordre de choses après la fin de la période de transition en cours.

«Je pense que notre situation donne aux ambassades, aux politiciens et aux autorités qui y travaillent une vision très concrète des conditions qui affectent le commerce, et ma présentation a été suivie d'un débat très animé qui a révélé la compréhension des difficultés auxquelles le commerce pourrait être confronté. Je pense que nous devons continuer de faire pression pour trouver de bonnes solutions et espérons qu'ils trouveront leur chemin dans les négociations finales », a déclaré Peder.

Rencontre avec Xavier Bertrand
Le Brexit était également à l'ordre du jour d'un dîner organisé par l'association professionnelle franco-danoise à Copenhague le 17 février. L'association avait invité Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France et ancien ministre de divers gouvernements français comme principal orateur de la conférence.

«L'accent a été mis sur les connexions franco-danoises, et comme nous sommes une entreprise danoise, j'ai eu une discussion fructueuse avec M. Bertrand sur le Brexit pendant le dîner sur la façon dont il peut affecter nos services de la chaîne et la région, et en particulier sur la façon dont le La région peut nous soutenir dans notre travail pour assurer que les conditions sont en place pour un commerce aussi libre que possible. Entre autres, nous avons discuté de l'emplacement des points d'inspection frontaliers et de la coopération générale avec les autorités locales et régionales. Compte tenu des effets que cela peut avoir sur la Haute-de-France, nous avons certainement l'attention du président », précise Peder Gellert.


Peder Gellert lors du dîner organisé par l'association professionnelle franco-danoise à Copenhague le 17 février

2 mars 2020